You are here
Home > Actualités > Air Sénégal SA : mort programmée, ou monopole renforcé d’Air France sur Dakar Roissy avec maintien de Corsair sur Dakar Orly ?

Air Sénégal SA : mort programmée, ou monopole renforcé d’Air France sur Dakar Roissy avec maintien de Corsair sur Dakar Orly ?

Spread the love

La Direction générale française de la compagnie nationale Air Sénégal met en oeuvre une stratégie de concurrence très efficace, voilée sous forme de partenariat, qui devra tuer rapidement et enterrer définitivement notre pavillon national.

Si l’information est avérée que, pour sa ligne Dakar Paris Dakar, le DG de la Compagnie a mis Air Sénégal Sa sous tutelle d’Air France, ce serait vraiment désastreux, considérant l’importance qu’il est accordée au volet transport aérien du Plan Sénégal Émergent et la pléthore de jeunes talents et experts économiques sénégalais capables de gérer une entreprise de cette envergure, à l’image de Asky, Rwandair, Kenya Airways, Ethiopian ou South African…

L’autorité de nos institutions nationales devant toujours être respectée et renforcée, il est inadmissible que le DG d’ Air Sénégal SA passe outre les prérogatives et directives de notre Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) pour faire immatriculer, à Malte, l’un de nos avions. Et encore, il n’est pas certain qu’AIRBUS livre à bonne date un A330NEO pour un début d’exploitation le 1er février 2019.

Exploiter les Droits de trafic du Sénégal sur la France avec les avions d’ Air France, avec les personnels d’Air France, avec la logistique d’Air France et avec les services commerciaux d’Air France, est-ce là la vocation d’Air Sénégal ? Je ne crois pas !

Ce qui a été proposé, comme accord commercial, à notre compagnie aérienne nationale, n’est pas un Code share. C’est une phagocytose pure et simple de notre pavillon national. Comparer la définition du code share et les propositions commerciales faites.

Les responsables politiques sénégalais devraient absolument changer de paradigmes ou bien se préparer à une disparition très rapide d’Air Sénégal.

Il faut oser voler avec ses propres ailes pour ne pas arriver à une catastrophe. Le Sénégal a les moyens et la capacité ; la volonté n’est pas ce qui lui manque.

Meissa Ndiack Seck
Consultant Formateur certifié Amadeus Central System
Expert commercial en Transport aérien

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils