You are here
Home > Actualités > Le gouvernement demande le départ de Rokhaya Diallo du Conseil national du numérique

Le gouvernement demande le départ de Rokhaya Diallo du Conseil national du numérique

Spread the love

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique, a appelé à plus de «sérénité». Plusieurs membres du gouvernement se sont inquiétés de la présence de la militante antiraciste et féministe au sein du Conseil.

Le Conseil national du numérique a besoin de «sérénité». C’est en tout cas l’argument avancé par Mounir Mahjoubi pour en réclamer sa recomposition.

Le secrétaire d’Etat au numérique a annoncé mercredi soir qu’il avait demandé à Marie Ekeland, présidente du CNNum, de revoir sa copie, quelques jours à peine après avoir dévoilé son équipe.

Le gouvernement réclame le remplacement de la militante antiraciste Rokhaya Diallo. La nouvelle composition du CNNum doit être dévoilée la semaine prochaine.

«Ce conseil a pour rôle d’orienter les politiques du gouvernement sur les aspects numériques et de penser les transformations du monde. (…) Nous avons souhaité, par souci de bonne gouvernance et afin que le débat démocratique puisse avoir lieu, que le Conseil puisse agir en indépendance, compte tenu de l’importance des sujets à traiter.

Dans ce contexte, la présidente du Conseil a pu, ce qui est inédit, composer son équipe, en intégrant des points de vue dont certains peuvent être différents de ceux du gouvernement», écrit Mounir Mahjoubi. «Cependant, et eu égard encore une fois à l’ampleur des enjeux qui sont les siens, le Conseil National du Numérique a besoin de sérénité pour travailler, et les derniers échanges sur la composition du Conseil soulignent que ces conditions ne sont pas pleinement réunies.»

Conseil soulignent que ces conditions ne sont pas pleinement réunies.»

Nommée en octobre

Le gouvernement s’est inquiété de la présence de Rokhaya Diallo, écrivaine, militante féministe et connue pour ses positions antiracistes et contre l’islamophobie. Elle est également chroniqueuse au sein de l’émission Touche pas à mon poste. Mercredi, la députée Valérie Boyer s’est publiquement émue de cette nomination. C’est aussi le cas de plusieurs personnes à l’Elysée et à Matignon, qui ont alerté Mounir Mahjoubi à ce sujet. Il est notamment reproché à Rokhaya Diallo cette phrase prononcée dans une interview pour le média Regards, datant du 30 novembre. «Je ne vois pas en quoi le fait de marquer la féminité par un voile, c’est plus sexiste que de le marquer par des talons aiguilles ou minijupe», a-t-elle expliqué, en estimant qu’il y avait un «déni profond» du racisme à gauche. Valérie Boyer a également cité dans son communiqué une pétition, datant de 2011, signée par Rokhaya Diallo, qui critiquait «l’union sacrée» autour de Charlie Hebdo, après le jet d’un cocktail molotov dans les locaux du magazine.

Sur Twitter, d’autres personnes ont critiqué les opinions de Rokhaya Diallo sur le racisme, notamment venant de l’État et de ses institutions. «Donc je n’ai pas le droit de collaborer avec les institutions de mon propre pays parce que j’ose dire publiquement qu’elles sont imparfaites? Quelle étrange conception de la démocratie», se défendait Rokhaya Diallo sur son compte Twitter, mardi soir.

La place du rappeur Axiom, également cité par Valérie Boyer dans sa lettre publique, au sein du CNNum n’est a priori pas menacée. Via son compte Twitter, ce dernier indiquait mercredi soir qu’il avait demandé à son avocat de donner au courrier de la députée «la suite judiciaire qu’il mérite».

 

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils