You are here
Home > Actu Web > L’Europe remplie de fachos, à qui la faute ?

L’Europe remplie de fachos, à qui la faute ?

Spread the love

Très tendu, le sommet québécois du G7, aura donc été le « G 6+1 ». Trump est apparu isolé face au front formé par le Canada, le Japon et les quatre grands pays européens. Et le rejet des outrances du puéril président américain (que ce soit sur le commerce, Jérusalem, le climat ou le multilatéralisme) a pu être vanté par Emmanuel Macron comme un nouveau ciment pour l’Union européenne. A tort : à peine le G7 achevé, cet écran de fumée s’est dissipé. Et la triste réalité réapparaît : jamais l’Europe n’aura été si divisée et malade qu’aujourd’hui.

Dans deux semaines, les leaders européens se retrouveront à Bruxelles pour constater le désastre. Qu’on imagine la traditionnelle photo de famille. Le club des leaders frisant ou fricotant avec l’extrême droite ne cesse d’y prendre de la place. Aux côtés de l' »illébéral », du Polonais Morawiecki, du Tchèque Babiš, du jeune Autrichien Kurz, se tient désormais l’Italien Guiseppe Conte, fruit des amours improbables entre la carpe de la Ligue et le lapin 5 Etoiles. En attendant le Slovène Janez Janša, allié d’Orbán, qui vient de remporter les législatives dans son pays.

Un peu en retrait sur la photo, l’Anglaise Theresa May patauge dans son inextricable Brexit. Drapeau bleu étoilé au vent, Emmanuel Macron fait encore mine de croire aux chances d’une « refondation » de l’Union – avec, notamment, la création d’un volet budgétaire pour l’euro –, mais il est isolé. Ses propositions ont reçu une sèche fin de non-recevoir de huit pays du Nord : Suède, Danemark (qui ne font pas partie de l’euro), Pays-Bas, Irlande, Finlande et les trois pays baltes (qui en font partie).

Quant à Angela Merkel, qui doit l’accueillir mardi à Berlin, elle ne fait pas grand-chose pour l’aider, à part de la flûte. Elle est prisonnière des jeux politiques de son camp, la CDU-CSU, et craint la montée des europhobes de l’AfD.

Dernière touche à ce sombre tableau : la Commission européenne est en fin de course, dirigée par un Jean-Claude Juncker fatigué et décrédibilisé.

La pire des méthodes

Si l’Union européenne est la cible des mouvements populistes, elle en est aussi la cause. Après des débuts enthousiasmants, elle est embourbée depuis plus de vingt ans. Et son mauvais fonctionnement mine la belle idée initiale de communauté. Ses leaders ont été incapables d’entendre les demandes venues de leurs peuples, que ce soit sur l’économie ou sur la question des frontières. Disciplinaire, l’euro n’a pas fait converger les pays, mais a attisé la compétition (fiscale, sociale…) et les ressentiments ; parce qu’elle n’en a pas les pouvoirs, l’Union n’a pas su gérer la crise des réfugiés, ce qui a favorisé les éruptions nationalistes.

Il est urgent de reprendre, mais différemment, sur de nouvelles bases, la construction européenne. Certains, comme Hubert Védrine, proposent de la recentrer sur quelques thèmes, limités et concrets. D’autres, comme Macron, suggèrent d’avancer audacieusement vers une Europe plus intégrée, plus politique, quitte à le faire avec un nombre réduit de pays. Mais, jusque-là, c’est la pire des méthodes, celle des Shadoks, qui a été suivie : ne jamais changer de logique, essayer continuellement sans jamais réussir, car « plus ça rate, plus on a de chances que ça marche »… Recette assurée pour que l’Union reste à jamais un espace vide d’ambition, de politique, d’âme, et rempli de fachos.

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils