You are here
Home > Actualités > Mais, Idrissa Seck, ‘’c’est quoi ?’’

Mais, Idrissa Seck, ‘’c’est quoi ?’’

Spread the love

Les premières infos de ce matin (13 juin 2018), nous apprennent l’édition d’une lettre d’Idrissa Seck depuis la Mecque. 


Lettre à l’allure de lancement de sa campagne électorale, consécutivement à sa première sortie relativement à son entretien avec l’imam de la Mecque. Mais à son corps défendant, il n’a pas ‘’inventé la roue’’, sur ce plan. Car la Rts, a, à plusieurs agacé les citoyens sénégalais par des reportages(
visiblement commandés), montrant le président du parti au pouvoir, depuis à nos jours, faisant le parcourt du Safa-marwa ( un endroit des lieux saints).
Le faisant, ces présidents se moquaient de leur statut de chef d’Etat qui doit veiller au respect des principes constitutionnels de laïcité. Mais comme on est un pays à majorité musulmane, il pensaient avoir la faveur de cette catégorie de citoyens. Voila la manœuvre de ces politiciens à l’esprit obtus, etroit.
Ces gens prennent les sénégalais pour des demeurés. Or, nous l’avons souvent. Nos compatriotes sont plus avancés, politiquement, que ces diplômés de l’ENFOM, des universités de Priceton de Bordeaux ou autres. Car ils savent faire la part des choses.
Combien de fois, ils ont démenti des consignes de votes dont celle de ce personnage qui se targuait d’avoir les cartes de plus d’un million d’électeurs dans ‘’sa poche’’ ? On a vu que les deux Alternances ne procèdent que de la maturité politique des citoyens sénégalais.
Et il en sera de même, en 2019, sauf si les sénégalais laissent faire LES SERVICES SPECIAUX du vol électoral.
Donc, Idrissa Seck, doit savoir raison garder et cesser de s’agiter. Aussi, qu’il sache que les sénégalais ont fait son bilan et classé son dossier depuis longtemps. Quoique, ils ne s’empêcheront pas de se délecter de ses ‘’Masa la-sourate’’ de ses souky et autres mayguiry (redoutables pour les judoka), contre son principal adversaire aussi adversaires des goor goorlu ou jublang. Sénégalais.
Nous disons que Idrissa Seck doit savoir que les sénégalais ne font dans l’amalgame consistant à faire croire qu’ils ne font pas la différence entre le temporel(le l’Etat, le gouvernement saoudien) et le temporel (le clergé religieux). Quoique ténu.
Tiens, tiens !!! Notre bonhomme est silencieux, pour ne pas dire muet, par rapport à cette ‘’Station’’, qu’est le gouvernent saoudien qui fait un travail illégal (contre la Palestine et les palestiniens), très apprécié par le gouvernement israélien et son Grand partenaire, le gouvernement américain.
Pour terminer, voici, un autre point de débat( occulté par les intellectuels du reste, par ce que  »sensible » , mais d’autres que ne se privent pas de falsifier)que nous avons soulevé avec son frère Karim Wade. Et sur ce point, pas d’amalgame ni fuite en avant ! Voici ce que je disais dans ma lettre ouverte à Adama Gaye, pour ce qui concerne les rapports de Cheih Amadou Bamba et l’impérialisme, le colonialisme.

‘’ En ce moment, les serpents changent de peau. Et quelque part, par la bande, un ancien de la City de Londres, dont le Papa a longtemps vanté son ‘’expertise’’ en Engineering financière, loin des préoccupations et des intérêts des sénégalais, nous parle, à l’occasion d’un colloque louche sur ‘’la Paix’’, de la pertinence des thèmes de ce colloque. Pertinence, dit-il, justifiée ‘’par le contexte international marqué par la barbarie et la violence enfantées par l’intolérance, l’incompréhension et le fanatisme aveugle’’. Voilà ce que l’on peut appeler du Prêchi-prêcha ! Du pipo ! Du bidon, Nul ! Nul ! Nul !
L’auteur de ces propos, qui s’est gardé de nommer ceux qui mettent en danger la paix du monde, présenté comme candidat potentiel de son Papa, et de son Parti, le Pds), en 2019, pense-t-il que les sénégalais ne savent pas quels intérêts, lui, il sert ? Ils savent bien qu’il est au service des marchands d’armes et ceux qui ‘’achètent nos matières premières à vil prix’’ et nous ‘’vendent leurs produits finis à prix d’or ’’, blottis dans les places boursières de : Londres, Paris, Bonn, New York, Tokyo.
Mais ce qui est répugnant dans sa démarche, c’est d’oser l’amalgame, en tentant de jumeler son projet politique et celui du guide de sa communauté. Alors, sait-il que lorsque le Cheikh dit que : ‘’Ban tubaab, jarr na jaamu yalla’’, (Le seul fait d’honnir le blanc, suffirait pour prier pour Dieu) , il parlait du colon qui dominait, massacrait nos populations et exploitait notre pays, le Sénégal, et non de l’homme blanc en tant que tel ou de la race, plus précisément ?
Alors, que pense l’université Gaston Berger sur ce dossier ? Etant donné que c’est la « station » intellectuelle, actuellement qui tient le standard des ‘’Débats sénégalais non occultés’’ ! Ceux qui se réclame du Cheikh qui était sur des positions anti-impérialiste, anticolonialiste, ont-ils la même conception que lui par rapport à l’impérialisme.
Voila le pont du débat

Dakar, le 13 juin 2018
Ababacar Fall-Barros
Ancien conseiller municipal

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils