You are here
Home > Actu Web > Rencontre Trump/Kim: Qui paiera l’addition de Kim Jong-un à Singapour?

Rencontre Trump/Kim: Qui paiera l’addition de Kim Jong-un à Singapour?

Spread the love

Peu habituée à payer la douloureuse, la Corée du Nord devrait cette fois laisser Séoul ou Singapour régler l’addition probablement faramineuse de sa participation, mardi, au sommet avec Donald Trump.

La cité-Etat est en train de mettre les petits plats dans les grands pour accueillir le face-à-face historique entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain dans un hôtel de luxe de l’île de Sentosa.

Les deux protagonistes ont décidé de séjourner dans des hôtels de très haut standing. Et il est fort probable que la Corée du Nord, visée par de nombreux trains de sanctions, n’aura rien à payer. « Pyongyang est habitué à ce que les autres paient pour tous les « engagements diplomatiques » du régime reclus », explique Sung-Yoon Lee, de l’Ecole Fletcher de droit et de diplomatie de l’université américaine Tufts.

Addition salée

Le week-end dernier, le ministre singapourien de la Défense Ng Eng Hen a déclaré que son richissime gouvernement était prêt à prendre en charge certaines des notes de frais nord-coréennes, afin de prendre sa part à cette « réunion historique ». L’addition risque d’être salée car la délégation nord-coréenne n’est pas descendue dans la première auberge. En effet, « la facture totale monterait à 20 millions de dollars pour Singapour, a affirmé le premier ministre, Lee Hsien Loong », rapporte Le Figaro.

Kim Jong-un, dont le goût pour le luxe n’est un secret pour personne, s’est installé dans le St. Regis, qui met à disposition des majordomes et une flotte de Bentleys. La nuit dans la suite présidentielle va chercher dans les 6.700 dollars. Petit déjeuner compris. L’établissement possède en outre une collection privée de plus de 70 oeuvres d’art, avec Picasso et Miro en tête de gondole. La délégation américaine a opté pour l e Shangri-La.

Se posait aussi la question de savoir comment Kim Jong-un et son entourage allaient rallier Singapour. Si Donald Trump est arrivé sur Air Force One, dont la portée est de 13.000 km, « Air Force Un » (comme Kim Jong-un), comme est surnommé par la presse internationale l’Iliouchine-62 du régime nord-coréen est un appareil de fabrication soviétique vieillissant. Et les experts en aéronautique doutaient de sa capacité à voler jusqu’à Singapour. A raison, visiblement puisque c’est à bord d’un Boeing 747 affrété par Air China que le leader nord-coréen est arrivé dimanche.

20MINUTES

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils