You are here
Home > Dépêches > Affaire Khalifa Sall: « Les magistrats doivent être poursuivis comme des criminels »

Affaire Khalifa Sall: « Les magistrats doivent être poursuivis comme des criminels »

Spread the love

Me Clédor Ciré Ly est en colère. La dernière correspondance du Procureur de la République, adressée au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, pour lever l’immunité parlementaire du maire de Dakar -et nouveau député- a révolté l’avocat. Et il ne veut rien de moins que la possibilité de poursuivre, pénalement, les magistrats qui, dans l’exercice de leurs fonctions, se seront rendus coupables d’avoir détenu arbitrairement un citoyen…

La correspondance du procureur de la République, Sérigne Bassirou Gueye, demandant à Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale, de faire lever l’immunité parlementaire du député Khalifa Ababacar Sall, -détenu depuis presque 7 mois pour « détournements de deniers publics »-, est une aubaine pour ses avocats. « On l’attendait à ce tournant », a jubilé Me Clédor Ciré Ly.

Comme Khalifa Sall qui, du fond de sa cellule, s’est fendu d’une lettre expresse adressée au président de l’Assemblée nationale, Me Clédor Ciré Ly voudrait voir banni la détention illégale au Sénégal. Dans cet entretien exclusif accordé à Kewoulo.info, la Robe Noire a déclaré que le parquet vient de reconnaitre « ce qu’il a refusé d’admettre depuis lors »; à savoir que depuis son élection, comme député, Khalifa Sall ne pouvait plus être ni détenu ni poursuivi.

Pour lui, « depuis le début de cette  détention, l’affaire Khalifa Sall a été entachée de plein d’irrégularités ». Et si le parquet général, qui est le bras armé du régime, s’est entêté dans son désir de violer, sciemment, les droits élémentaires de Khalifa Sall, Me Clédor Ciré Ly a dit avoir attiré l’attention du juge d’instruction sur l’illégalité de la procédure.

Mais, au lieu de dire le droit et reconnaitre l’évidence, le juge s’est tourné vers le Procureur de la République qui l’a consolidé dans l’idée que tout serait normal. « Comme le ministre de la justice, Sidiki Kaba, s’est empressé de faire une sortie pour dire que l’immunité parlementaire ne pouvait pas être reconnue à Khalifa Sall. » A déclaré Me Clédor Ciré Ly.

Révolté que des cas de détentions arbitraires -Affaire Wade, Khalifa Sall- commencent à faire légion au Sénégal, depuis l’avènement de Macky Sall, Me Clédor Ciré Ly voudrait qu’un projet de lois soit voté pour pouvoir poursuivre, en justice, les magistrats ou fonctionnaires détenteurs de l’autorité publique qui se seront rendus coupables d’avoir facilité, encouragé ou maintenu en l’état, la détention arbitraire d’un citoyen.

« Il faut que ces violations de droits soient qualifiés de crimes et que les personnes responsables de ces manquements soient traduits en cour d’Assises. » Pour la robe noire, chaque jour que Khalifa Sall passera en prison doit être considéré comme une séquestration.

 

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils