You are here
Home > Dépêches > Au Sénégal, Edouard Philippe rend un sabre et vend des missiles

Au Sénégal, Edouard Philippe rend un sabre et vend des missiles

Spread the love

Lors de son voyage de deux jours à Dakar, le premier ministre français a signé plusieurs contrats d’armements et fait un pas vers la restitution d’un sabre chargé d’histoire.

C’est dans cette cité, qui sort petit à petit de terre grâce aux investissements internationaux, que le premier ministre a ouvert le 6e Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, rappelant « la communauté de destins » qui lie la France aux pays du Sahel, victimes du terrorisme. « Nous ne devons pas baisser la garde, a-t-il enjoint. La France est présente auprès de ses partenaires et son action est plus que jamais déterminée : nous sommes convaincus de la nécessité d’un partenariat plus large pour la sécurité et la stabilité au Sahel, en complément des efforts déployés par le G5 Sahel, et le Sénégal est un acteur important à cet égard. » Ce dernier, qui ne fait pas partie de cette force conjointe de 5 000 soldats de Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad, rejoindra les rangs du nouveau P3S, le « Partenariat pour la sécurité et la stabilité pour le Sahel » annoncé au G7 de Biarritz en août, par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Face à un G5 en manque de moyens, de plus en plus démobilisé face aux attaques meurtrières récurrentes, l’armée de terre sénégalaise, forte de 20 000 hommes et dont les effectifs devraient augmenter de 50 % à l’horizon 2 025, pourrait être un atout régional indispensable dans la lutte contre le djihadisme. Pour Matignon, le Sénégal est déjà « le pays clé dans notre stratégie de lutte contre la dissémination terroriste »« le modèle d’un nouveau type de coopération ». Fin 2019, la France aura dépensé 5,5 millions d’euros pour densifier la défense sénégalaise, dans des secteurs comme la cybersécurité, la lutte contre les trafics et la migration illégale. Les Eléments français au Sénégal, qui comptent 400 militaires, ont ainsi formé près de 4 000 soldats sénégalais, parmi lesquels les forces spéciales de la marine, dont le premier ministre a observé lundi un exercice de libération d’otages.

Missiles et patrouilleurs

Afin de renforcer l’arsenal militaire sénégalais, deux des accords signés dimanche comprenaient la vente, pour plusieurs millions d’euros, de trois patrouilleurs OPV58 du groupe français Kership ainsi que de missiles du groupe européen basé en France MBDA. Ils permettront de protéger les infrastructures gazières et pétrolières offshore qui feront du Sénégal un pays producteur aux alentours de 2021. Ils serviront aussi à mener des missions de lutte contre la pêche illégale et contre la piraterie, conjointement à la mission française Corymbe qui patrouille les eaux du golfe de Guinée.

Partant du sabre d’Oumar Tall, symbole de la domination et de la spoliation coloniale, Edouard Philippe a cherché à inaugurer une nouvelle ère de collaboration sécuritaire ; rappelant que celui-ci, issu des forges de Klingenthal dans le Bas-Rhin, était d’abord le fruit de la métallurgie du fer née en 2500 avant Jésus-Christ en Afrique. En remettant ce sabre, « alliage de nos savoir-faire », le premier ministre a exhorté les Etats d’Afrique de l’Ouest à s’unir pour ne « laisser aucune chance, aucune prise » aux groupes djihadistes dans le Sahel.

lemonde.fr

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils