Corruption, dopage et politique : la justice sénégalaise protège-t-elle les Diack ?

admin
Spread the love

Mis en cause dans une vaste affaire de corruption dans le milieu de l’athlétisme, Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la fédération internationale d’athlétisme, Lamine Diack, bénéficie-t-il de la complaisance des autorités sénégalaise? Les juges français qui désirent l’interroger à Dakar ont en tout cas, jusque-là, fait chou blanc…

Le juge d’instruction français Renaud Van Ruymbeke est amer. Selon une source judiciaire, il a la désagréable impression que la justice sénégalaise le mène en bateau. Depuis près d’un an et demi, lui et ses collègues Stéphanie Tacheau et Charlotte Bilger attendent des autorités sénégalaises l’autorisation de se rendre à Dakar dans le cadre d’une commission rogatoire internationale. Leur intention est de participer, en présence de magistrats sénégalais, à l’audition de l’homme d’affaires Papa Massata Diack, un personnage central de leur enquête.

Soupçon sur un système de corruption

Tout comme son père, Lamine Diack, qui a longtemps présidé l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) et fut un membre éminent du Comité international olympique (CIO), ce dernier est en effet soupçonné d’avoir été partie prenante d’un vaste système de corruption portant sur la dissimulation de cas de dopage dans l’athlétisme et sur l’attribution des Jeux olympiques de 2016 (Rio) et 2020 (Tokyo).

L’instruction ouverte au Sénégal est un prétexte pour bloquer les investigations des juges français

Or, comme le révélait le 20 octobre, courriers officiels à l’appui, le quotidien français Le Monde, le ministère sénégalais de la Justice ne semble pas l’entendre de cette oreille. « L’instruction ouverte au Sénégal sur les mêmes faits est un prétexte pour bloquer les investigations des juges français », nous confie une avocate parisienne.

Une appréciation exprimée de façon plus feutrée par une source hexagonale proche du dossier : « Les autorités sénégalaises refusent de coopérer, ce qui a pour effet de ralentir les investigations. » Dans les milieux judiciaires français, la pilule passe d’autant plus mal que le Sénégal a pu, lui, compter sur la coopération judiciaire de Paris, à partir de 2013, dans le cadre de l’affaire Karim Wade.

Malaise dans la classe politique sénégalaise

Depuis que l’affaire Lamine Diack a éclaté, en novembre 2015, la mise en cause de cette figure extrêmement respectée – il fut champion de France de saut en longueur à la veille de l’indépendance, directeur technique nationale de la sélection sénégalaise de football, puis brièvement maire de Dakar et député – provoque un évident malaise au sein de la classe politique sénégalaise.

D’autant que, lors de ses premières auditions, l’octogénaire avait déclaré sur procès-verbal qu’une partie des pots-de-vin perçus lui avaient servi à financer l’opposition à l’ex-président Abdoulaye Wade – sans autre précision.

Début octobre, dans un communiqué, les avocats du patriarche inculpé pour corruption et blanchiment aggravé, et placé sous contrôle judiciaire disaient prendre acte « avec satisfaction du soutien des autorités publiques sénégalaises ». Une satisfaction inversement proportionnelle à la déception des magistrats du pôle financier du tribunal de Paris.

Au prétexte qu’une information judiciaire portant sur les mêmes faits a été ouverte à Dakar postérieurement à celle ouverte à Paris, le ministère sénégalais de la Justice n’a en effet toujours pas donné son feu vert à la venue des juges français pour participer à l’interrogatoire de Papa Massata Diack, personnage central de leur enquête.

Papa Massata Diack considéré comme un pilier du système

Début novembre 2015,  après une perquisition du siège de l’IAAF, à Monaco, le juge Van Ruymbeke mettait en examen Lamine Diack. Depuis plusieurs semaines, la justice française avait été alertée par l’Association mondiale antidopage (AMA), basée à Lyon, au sujet d’une gigantesque affaire de corruption visant essentiellement des athlètes russes convaincus de dopage, mais qui étaient passés au travers des sanctions en échanges de pots-de-vins. Dessous de table dont Lamine Diack, et certains de ses proches, sont soupçonnés d’avoir été les principaux bénéficiaires.

Le Sénégal ne livre pas ses enfants

Parmi eux, son propre fils, Papa Massata, spécialisé dans le marketing sportif et que les enquêteurs considèrent comme l’un des piliers de la fraude. Au moment où l’affaire éclate, sa présence au Sénégal lui permet d’échapper à une arrestation. Depuis Dakar, contestant avoir trempé dans quelque malversation que ce soit, il se dit prêt à répondre aux questions des enquêteurs français. Mais il refuse de se présenter devant eux à Paris, indiquant que les juges n’ont qu’à venir l’entendre à Dakar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Fally Ipupa et Sidiki Diabaté affichent leur bonne entente

Spread the love Vues: 504 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Mis en cause dans une vaste affaire de corruption dans le milieu de l’athlétisme, Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la fédération internationale d’athlétisme, Lamine Diack, bénéficie-t-il de la complaisance des autorités sénégalaise? Les juges français qui désirent l’interroger à Dakar [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :