Côte d’Ivoire: regain de tensions entre les militaires d’un bataillon et les éléments du CCDO qui a dû évacuer le camp à Bouaké

admin
Spread the love

Des tirs nourris ont été une fois de plus entendus mardi soir à Bouaké, ville située au centre-nord de la Côte d’Ivoire, devenue épicentre des mutineries de soldats ivoiriens depuis 2017, poussant les habitants à se terrer chez eux et la plupart des commerces à fermer, a appris  Kouroukanfouganews de sources concordantes.

Ces tirs sporadiques qui avaient commencé dans le milieu de la journée et se sont intensifiés vers 18:30 dans les quartier de Sokoura (nord de Bouaké) et d’Air France 3, près du centre-ville, sont le regain de tensions dues à un contentieux qui oppose les militaires d’un corps de l’armée et les membres du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO), tous deux ayant leurs bases dans la ville.

Selon des rapports qui restent encore à déterminer par les autorités qui avaient promis d’ouvrir une enquête à l’issue de cette «altercation» (terme employé par elles pour minimiser cette indiscipline qui affecte son armée), des querelles opposeraient un lieutenant du CCDO, dénommé Traoré Amoudé, et des militaires qui soupçonnent ce dernier de les espionner.

«Ils (CCDO, ndlr) font plein de faux coups contre nous, quand ils ont besoin d’argent ils racontent du n’importe quoi sur nous autres à la présidence à Abidjan pour recevoir un peu d’argent, après on se voit être menacé de sanction pour rien, on n’en peut plus, on veut que ce type (Traoré Amoudé, ndlr) dégage de Bouaké, c’est lui qui est derrière tout ça on le sait, et qu’ils envoient un vrai chef intègre pour gérer le CCDO ici », a explique à koaci.com un élément du Bataillon d’artillerie sol sol (BASS).

Ce bataillon, BASS, serait donc le seul à Bouaké à en découdre avec le CCDO. Une vingtaine de ses éléments s’étaient dirigés, selon koaci.com, dans les alentours de 20HTU, vers la base du CCDO située à Sokoura pour exiger le départ du lieutenan Traoré Amoudé, commandant de cette base.

Mais fort heureusement, selon RFI qui confirme l’information, le CCDO, une force mixte composée de policiers, de gendarmes et de militaires, avait anticipé et évacué le camp, ce qui aura sans doute permis d’éviter une confrontation directe, comme celle du jeudi dernier qui a fait un mort et un blessé.

Kouroukanfouganews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Les drones utilisés dans l’attaque contre les bases de la Russie « ne pouvaient venir que des Etats-Unis »

Spread the love Vues: 784 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Des tirs nourris ont été une fois de plus entendus mardi soir à Bouaké, ville située au centre-nord de la Côte d’Ivoire, devenue épicentre des mutineries de soldats ivoiriens depuis 2017, poussant les habitants à se terrer chez eux et la plupart des [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :