You are here
Home > Actualités > El Malick Seck: Khalifa Sall est un justiciable comme un autre

El Malick Seck: Khalifa Sall est un justiciable comme un autre

Spread the love

Depuis la condamnation de Khalifa Sall, certains sénégalais ont commencé à avoir une indignation sélective. La justice est attaquée de toute part, seulement parce qu’un sénégalais comme un autre, a été condamné à cinq ans de prison. 

J’ai moi même été condamné il y a dix ans, à trois ans de prison, parce que j’avais simplement écrit… un article de presse. Le procureur de l’époque, mon voisin de Thiès, Ousmane Diagne avait ordonné mon arrestation. Je me suis battu juridiquement, aux côtés de mon avocat, Demba Ciré Bathily, l’infatigable, le seul parmi des centaines d’avocats à accepter de me défendre, certains se sont débinés, parce qu’ils étaient amis de Abdoulaye Wade et de son fils. Bathily sera finalement rejoint en appel par quatre autres dont Assane Dioma Ndiaye… De six chefs d’accusation, nous nous sommes retrouvés à un seul quand la décision d’appel confirmant ma peine a été dite. Dans ma vie de journaliste, j’ai été attrait plusieurs fois à la barre. J’ai perdu, comme j’ai gagné des procès. Mais j’ai toujours dit à mes avocats et proches, qu’on ne pouvait pas écrire sur les gens et les empêcher de porter plainte contre nous quand ils ne sont pas d’accord. C’est tout le charme de la liberté. Le combat de ma libération en 2008 était dix milles fois plus noble que celle de Khalifa Sall. Car je n’avais pas détourné un seul centime, je n’avais manipulé aucune facture, je n’avais trafiqué aucun document. Pourtant, mes amis, étaient bien seuls dans le combat et la marche pour ma libération n’avait réuni qu’une centaine de personnes. N’eussent été les pressions de Reporters Sans frontières dirigés par Robert Ménard à l’époque, les associations de défense des journalistes internationales, les grands médias comme Rfi, BBC, Le Monde, Le Figaro, Jeune Afrique qui avaient écrit des articles pour s’indigner de l’arrestation d’un journaliste, Abdoulaye Wade ne m’aurait jamais accordé une grâce présidentielle. Pendant ce temps, mes amis du Synpics trouvaient l’arrestation et la condamnation d’un journaliste normale. Les hommes politiques sénégalais à part Moustapha Niasse, Amath Dansokho ou Macky Sall (qui m’a apporté un grand soutien fraternel), personne ne s’est indigné.

Aujourd’hui, tout le monde est là, Khalifa Sall a trafiqué des documents pour sortir frauduleusement de l’argent qui nous appartient tous, il y a des sénégalais qui trouvent cela normal. Barthélémy Dias insulte les juges, on lui trouve l’excuse qu’il est plutôt un guerrier. On accuse la justice de tous les maux, alors que tous les jours des centaines de sénégalais sont arrêtés, jugés et condamnés. Ils acceptent avec dignité leur peine. Leurs familles souffrent en silence et acceptent également leur sort. Personne ne les entend insulter un magistrat ou dénoncer un magistrat. Il y a dans les tribunaux du Sénégal des milliers d’affaires jugées chaque année, sans tambour, ni trompette, des verdicts sont rendus. Parce que c’est Khalifa Sall, un seul dossier, subitement la justice est corrompue, les magistrats sont sales. Il faut arrêter ce débat. Les magistrats sont des sénégalais, des frères, des grands frères, des oncles parfois. Ils font leur travail, il faut les respecter pour ça. J’ai vraiment des raisons d’en vouloir à certains. Dans ma carrière de journaliste, des verdicts que je ne partage pas ont été rendus en ma défaveur. J’ai toujours accepté mon sort, sans crier gare.

Donc, il faut arrêter ce comportement médiocre. Khalifa Sall n’a aucune légitimité pour se proclamer intouchable. Aux dernières élections législatives, il a tenté d’imposer un rapport de force politique. Il n’est même pas arrivé deuxième. Il a été même incapable d’obtenir un groupe parlementaire. Son combat et sa réputation sont surfaits. Il n’arrive même pas à la cheville de Macky Sall. Plus de 1, 2 million de voix le sépare de Macky Sall. Il faudrait que les vrais sénégalais sachent que la bande d’énergumènes qui veut remplacer Macky Sall veut juste piller le pays. Ce sont des aventuriers. Voyez Karim Wade : il a pris l’argent des sénégalais, il a été jugé et condamné et il essaie de nous narguer et d’insulter la justice avec notre argent. Khalifa Sall subtilise des milliards aux dakarois pour ses dépenses personnelles et certains veulent en faire un héros. Il a fait une erreur, qu’il l’assume. Il a le droit d’avoir des ambitions, qu’il se batte pour les atteindre. C’est son droit absolu. Mais qu’il accepte les règles du jeu. Dans un pays, il y a un Etat, il y a une justice. Nul ne peut avoir la prétention de le diriger sans respecter ses deux institutions.

Macky Sall a gagné toutes les élections au Sénégal depuis 2012. S’il plait à Dieu, il sera réélu dès le premier tour en 2019. N’en déplaise à ses détracteurs. Le pays a changé et il n’a pas besoin d’aventuriers et de personnes imbues de leurs seules personnes. J’en connais des leaders qui postent des commentaires sur leurs propres articles pour se faire du buzz. Le Sénégal ne se limite pas à Internet, ni à Dakar. Il y a 14 000 villages et hameaux, dommage que certains ne le comprennent pas encore…

El Malick Seck (Journaliste, homme politique et conseiller municipal à Thiès)

Dakaractu

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils