You are here
Home > Actualités > Essonne : des policiers et des agents de sécurité volaient dans les sacs au tribunal d’Evry

Essonne : des policiers et des agents de sécurité volaient dans les sacs au tribunal d’Evry

Spread the love

Une enquête de six mois, menée après une dénonciation, a abouti à cinq interpellations. Les suspects auraient profité des contrôles à l’entrée du bâtiment pour dérober de l’argent dans les sacs passés dans le scanner.

« Je n’ai jamais vu ça en quinze ans. Je ne pensais même pas que c’était possible. » Un employé du tribunal d’Evry, au courant des récentes interpellations au sein du service d’ordre placé à l’accueil de la bâtisse, est estomaqué. En décembre, trois agents de la société privée S3M, chargés du contrôle des sacs à l’entrée du tribunal, ainsi que deux policiers adjoints de sécurité, qui les aident dans cette tâche renforcée depuis les attentats, ont été placés en garde à vue pour vols.

Cette petite bande avait organisé une combine pour dérober de l’argent dans les sacs passés au scanner. Plus d’une dizaine de faits ont été recensés. « Ils faisaient croire que le sac passait mal, la personne passait sa main au niveau des bacs et subtilisait en quelques secondes quelques billets dans le portefeuille qui était forcément laissé apparent », relate une personne convoquée dans le cadre de cette affaire. L’entreprise incriminée n’a pas souhaité commenter ce dossier en cours. « Je suis très attaché à l’exemplarité de la fonction », indique, pour sa part, Jean-François Papineau, le numéro 1 de la police dans le département.

«Des procédures disciplinaires sont en cours»

Les trois membres de la société S3M auraient été suspendus à titre conservatoire, en attendant le résultat de l’enquête. Quant aux ADS, deux agents qui ont reconnu leur participation aux vols, ils seraient déjà suspendus. Et deux autres, qui pourraient être impliqués pour complicité, auraient été mutés dans un autre commissariat de l’Essonne. « Des procédures disciplinaires sont en cours », précise la direction de la sécurité publique du 91.

Pour la partie judiciaire, le parquet s’est refusé à tout commentaire. La présidence du tribunal, qui a choisi le prestataire S3M pour effectuer les fouilles à l’entrée de l’édifice, n’a pas non plus souhaité communiquer.

Tout a débuté au premier trimestre 2017 quand une des personnes en charge de la sécurité à l’entrée du tribunal est témoin d’un vol. Elle alerte le commissariat d’Evry qui commence à mener l’enquête discrètement. Depuis trois ans, tous les visiteurs doivent passer sous un portique détecteur de métaux et laisser leurs bagages dans un bac blanc, afin qu’il soit analysé par un scanner. « On demande aussi que les gens vident leurs poches et déposent leur portefeuille, leurs clés et leur téléphone », reprend un responsable de la sécurité.

Une caméra inutile, masquée par un pylône

La caméra installée sur le mur de la salle des pas-perdus du tribunal, pourtant en face de ces contrôles, ne peut filmer la scène. Un pylône empêchant toute visibilité. « Il est prévu qu’elle soit déplacée prochainement pour pouvoir voir l’entrée », reprend une source proche du dossier. C’est durant ces quelques instants que les vols avaient lieu par le personnel de sécurité.

A plusieurs reprises, des visiteurs auraient été délestés d’argent liquide, souvent de petites sommes de 10 € à 50 €. « Elles ne déposaient pas forcément plainte », reprend une source proche du dossier. Malgré tout, les enquêteurs, parviennent à en recueillir quelques unes et à repérer le manège. A l’occasion d’un vol plus conséquent de 1 000€ en liquide, fin novembre, les policiers du commissariat local décident d’interpeller toute l’équipe. Leurs collègues seront tous entendus, et la plupart mis hors de cause. Reste encore, pour les enquêteurs, à tenter d’estimer l’ampleur du butin. Car cette équipe pourrait avoir commencé à opérer bien avant le début des investigations.

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils