Gadio : un « papa » qui met des mots justes à la pensée panafricaine « moderne » par Umar KANE

Oumar Kane
Spread the love

Je n’ai jamais œuvré dans nos légendaires flatteries pour une personne ou une organisation en particulier. Ceux qui me connaissent savent mon administration pour le « panafricain » et ancien ministre des affaires étrangères Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio.

Il est pertinent et charismatique. Il est une fierté pour le Sénégalais conscient des enjeux de ce monde.

Il est l’un des rares « politiciens » du terroir qui parle avec sincérité des bienfaits que l’Afrique gagnerait à être unie. Son discours sur l’absolue nécessité de partir groupés pour défendre ensemble nos intérêts a toujours été cohérent. Ce discours transcende nos frontières et touche de plus en plus la nouvelle génération d’africains qui voit en lui un « papa » qui met des mots justes à leurs profondes convictions panafricanistes. L’Afrique qui gagne a besoin de « cerveaux » et de gens intelligents à l’instar de Gadio qui comprend le fonctionnement de ce monde.

Aujourd’hui, nous sommes tous surpris par son arrestation, puis son incarcération au pays de l’oncle Sam pour faits de corruptions.

En réalité , nous ne savons pas grand chose sur cette affaire. Il semblerait que la justice Étasunienne le soupçonne d’avoir obtenu un marché pétrolier en échanges de pots-de-vin versés à des dignitaires Tchadiens et Ougandais. Nous n’avons pas connaissance des éléments matériels qui l’incriminent. Aussi, ne tombons pas dans la facile inquisition. Ces pratiques sont courantes dans le monde des affaires.

Je donnerai l’exemple de la France, pays que je connais. Jusqu’à l’entrée en vigueur de la convention OCDE sur la lutte contre la corruption le 29 septembre 2000. Les sommes versées à des agents publics étrangers dans l’intérêt d’une organisation (entreprise) étaient déductibles fiscalement. Donc la loi fiscale légalisait indirectement la corruption dès lors qu’elle ne concernait pas des citoyens Français.Ce fût la tradition , la pression Américaine a été telle que le pays des droits de l’homme a changé sa législation car l’Américain a cette conception moraliste et religieuse de la chose .

C’est pour dire que ces pratiques « moralement » répréhensibles étaient très courantes dans le milieu affairiste. Et, aujourd’hui, la non déductibilité fiscale de l’argent ayant servi à la corruption ne signifie pas que ces pratiques ont cessé.

En l’espèce, nous devons laisser la justice Yankee suivre son cours . Et souhaitons à Monsieur Gadio que les soupçons à son encontre ne soient pas fondés. La justice est rendue publiquement aux Etats Unis  . Nous serons tous bien informés.

Ceci précisé. Il n’est pas question ici de déroger à des principes et valeurs pour prendre faits et causes pour notre compatriote Cheikh Tidiane Gadio. Nous devons être sans état d’âme et résolument contre les corrupteurs et les corrompus car ils sont pour nous de redoutables ennemies. 

Si les autorités fédérales Américaines ne les tolèrent pas sur leur territoire . Ce n’est pas pour rien . C’est que la corruption est objectivement toxique pour leurs propres intérêts et plus globalement pour les intérêts de l’économie de marché. Le libéralisme économique ne peut survivre dans un environnement où la corruption est lancinante.

Un pays qui souhaite devenir grand et fort n’a pas d’autres d’alternatives que d’avoir une ferme et sincère  politique répressive anti-corruption.

La corruption, le trafic d’influence, la mal gouvernance, les deals entre copains, les magouilles…ce sont les démons de l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui qui empêchent nos économies d’être à la fois compétitives et performantes. 

Ceci est une plaie, une gangrène pour nos jeunes nations avec les conséquences dramatiques à tous les niveaux que nous connaissons, que nous commentons tous les jours comme celles de l’esclavagisation de noirs en cours en Libye. La corruption fausse le marché, décourage l’effort, bride des talents, fragilise nos États …

Aussi, dans notre propre intérêt et dans l’intérêt des générations futures, si nous voulons transformer positivement nos pays. Nos élites et nous devrions prendre conscience de la nocivité du phénomène en prenant toutes les mesures efficaces pour en limiter les effets indésirables à défaut de l’éradiquer définitivement. La responsabilité est ici collective.

S’agissant du sort de notre compatriote, faisons dont acte et attendons de voir la suite.

Umar Kane

Chroniquer résident

www.malisenegal.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La danseuse Ndeye Gueye Junior disparaît après sa prestation à Bercy

Spread the love Vues: 519 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Je n’ai jamais œuvré dans nos légendaires flatteries pour une personne ou une organisation en particulier. Ceux qui me connaissent savent mon administration pour le « panafricain » et ancien ministre des affaires étrangères Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio. Il est pertinent et charismatique. Il est une [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :