You are here
Home > Actualités > Israël: Nétanyahou peine à mobiliser en sa faveur après sa triple inculpation

Israël: Nétanyahou peine à mobiliser en sa faveur après sa triple inculpation

Spread the love

Environ 3000 partisans du premier ministre israélien ont manifesté mardi à Tel Aviv. Les organisateurs du rassemblement en espéraient beaucoup plus.

Benyamin Nétanyahou peine à mobiliser. Environ 3000 partisans du premier ministre ont manifesté mardi 26 novembre à Tel Aviv alors que les organisateurs du rassemblement en espéraient beaucoup plus. Venus souvent par des bus affrétés par le Likoud, le parti du chef du gouvernement, ils se sont réunis sur une place de dimension modeste devant le musée des arts.

Un homme circule parmi la foule, menotté et bâillonné pour dénoncer «la dictature judiciaire». Le nom du procureur général d’Israël, Avichaï Mandelblit, l’homme qui a prononcé les mises en examen pour corruption, fraude et abus de confiance est conspué. Le magistrat de stricte observance religieuse est traité de «gauchiste» et de «tête de serpent». Les «fonctionnaires» de l’«État profond» sont stigmatisés. Les pancartes fustigent une tentative de «coup d’État» ou affichent leur soutien inconditionnel à «Bibi»: «Nétanyahou, le peuple est avec toi»«la démocratie vaincra»«Bibi nous a apporté la sécurité et la stabilité économique. La gauche ne parvient pas à le battre dans les urnes car il est le plus fort. Elle a monté un complot avec la complicité de policiers, de juges et des journalistes pour essayer de se débarrasser de lui, dit Irit, une manifestante venue d’Ashdod. Nous ne laisserons pas ce putsch réussir».

Les portraits de Benyamin Nétanyahou sont rares. Prompt à diffuser des interventions sur les réseaux sociaux, le premier ministre n’a pas adressé de message vidéo à ses supporteurs. Les caciques du Likoud brillent par leur absence. Les ministres sont restés chez eux ou vaquent à d’autres occupations. Depuis le coup de tonnerre judiciaire, la plupart d’entre eux observent un silence prudent se refusant à critiquer ou à soutenir le chef du gouvernement.

Après avoir annoncé son absence, la ministre de la Culture, Miri Regev, fidèle parmi les fidèles, a finalement fait le déplacement. «L’État de droit n’est pas au-dessus des lois», lance-t-elle depuis la scène où se succèdent quelques orateurs peu connus du grand public. Mais elle explique aussi que le premier ministre ne devrait pas demander l’immunité parlementaire. «Le premier ministre a fait l’objet d’une enquête déformée, d’une enquête sale, d’une enquête de mensonges. Et on s’attend à ce que nous restions silencieux?», déclare le député Miki Zohar, président du comité de la Knesset.

Avant la manifestation, le Procureur général d’Israël avait condamné les «menaces»«mensonges» et «calomnies sans fondement» dirigées contre les forces de l’ordre, reprochant à Benyamin Nétanyahou et à ses défenseurs de discréditer le système judiciaire. Benny Gantz, le leader de l’opposition, a estimé, pour sa part, que «dans une démocratie saine, un premier ministre n’organise pas de manifestation contre le système de maintien de l’ordre qu’il supervise».

Au Likoud, Gideon Saar, le rival Binyamin Nétanyahou, a mis en garde contre la stratégie de diabolisation de la magistrature. Il a réclamé des élections primaires immédiates avant que le délai de quinze jours donné aux parlementaires pour tenter de former un gouvernement arrive à son terme. Le pays est dans une impasse politique totale après deux élections législatives en six mois sans véritables vainqueurs, ni vaincus. Les primaires du parti de droite devraient se dérouler avant de nouvelles législatives qui pourraient se tenir en mars. Le Likoud, où règne le culte du chef, n’a pas pour tradition de destituer son leader. C’est cependant la première fois qu’un premier ministre en exercice est mis en accusation par la justice et il n’a pas montré de capacité à dégager une majorité pour gouverner depuis le début d’une crise politique entamée en avril.

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils