Mame Thierno Dieng face aux députés en marge du vote du budget

admin
Spread the love

Étant de 23.222.477.020 FCFA en 2017, le budget du ministère de l’environnement a connu une baisse de 1.648.594.960 FCFA pour s’arrêter cette année à la somme de 21.573.882.060 F CFA.

 

Le trafic de bois Pour le ministre de l’Environnement et du Développement durable, le président a beaucoup insisté sur l’éradication du trafic de bois au Sénégal. C’est pourquoi le nouveau code forestier qui est en train d’être adopté va durcir la loi, et si on dresse des solutions opportunes, le problème sera réglé. Mame Thierno Dieng sur l’ampleur du phénomène du trafic du bois vers la Gambie, indique que les régions frontalières de la Gambie sont les plus atteintes, parce que les trafiquants regagnent la république sœur de Gambie pour y écouler le fruit de leur trafic auprès de commerçants chinois qui le réexportent. Selon lui, une coopération honnête de la Gambie nous aidera à juguler ce fléau.

Consolider l’environnement des services des eaux et forêts, et revoir à qui donner les quotas. Les députés ont invité le ministre à mettre l’accent sur le reboisement des régions qui n’ont plus de forêt, non sans demander au ministre de revoir à qui et pour qui donner les quotas. Le ministre a informé que la ressource appartient à chaque Sénégalais, même si le ministère a la responsabilité de la gérer dans la durabilité.

 

« Nous devrions nous organiser, nous en avons conscience et nous ramènerons l’état dans lequel nous sommes à l’état antérieur. Il ne faut pas tout donner tout de suite à tout le monde! » Manque d’information voire de sensibilisation les députés ont fait appel au ministre de l’environnement et du développement durable de revoir l’aspect sensibilisation de son département, car selon eux ce pôle important ne se connait pas, « les sénégalais ne connaissent pas l’environnement, il faut renforcer la communication et la sensibilisation, ils pensent que l’environnement ce sont les fleurs… Les gens doivent savoir » (Bounama Sall.)

Le ministre a relevé qu’un organe d’information a été créé et mis à la disposition d’un expert, le résultat est attendu. Disparition de la zone des Niayes Le ministre conscient des menaces de disparition des Niayes dira que l’État du Sénégal a la même crainte, mais le ministère a la responsabilité d’apporter des solutions et il y’a des projets en cours, mais en ce qui concerne la ville de Guédiawaye la zone des filaos fait partie de la forêt classée. Le député maire de Keur Massar a plaidé pour le cas de Mbeubeuss Le député maire de Keur Massar a plaidé pour sa commune au sujet de la décharge de Mbeubeus qui, pour lui, est une bombe écologique. Il a ainsi demandé des transferts de déchets. D’autres sujets ont été abordés par le ministre, tels la mangrove, mais aussi la baie de Hann. Pour l’ex médecin du Khalife des mourides, « cela fait mal et j’en suis désolé, mais c’est notre incivisme, notre comportement, notre inconscience qui ont conduit à cette situation. Mais nous ferons de telle sorte qu’elle soit regardable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Macky fête son anniversaire au Kazakhstan

Spread the love Vues: 562 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Étant de 23.222.477.020 FCFA en 2017, le budget du ministère de l’environnement a connu une baisse de 1.648.594.960 FCFA pour s’arrêter cette année à la somme de 21.573.882.060 F CFA.   Le trafic de bois Pour le ministre de l’Environnement et du Développement durable, [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :