PPP: Prostitution publique à Paris par Adama Gaye journaliste consultant

Oumar Kane
Spread the love

En s’y rendant, ils n’ont rien oublié. Même l’encens qui fait fureur au Sénégal sous le nom wolof -Boulema Yeureum, un aphrodisiaque signifiant n’aies pas pitié de moi :il débordait de leurs valises! Ils ont aussi amené nuisettes et autres lingeries de luxe, sans oublier de pratiquer leurs meilleurs déhanchements possibles.
En ne craignant pas, au surplus, de pousser le bouchon plus loin que ce que les putes n’osent faire. On le sait en effet même celles de bas quartier attendent au bordel leurs clients ou se mettent discrètement à l‘angle d’une rue.

La prostitution pratiquée par le gouvernement du Sénégal dans la capitale Francaise, Paris, a dépassé toutes les bornes et normes. Toute une équipe gouvernementale, en tenues légères, s’est rendue pis qu’à canossa. Elle est allée s’offrir, sur les airs de la plus langoureuse danse du ventre, sur les rythmes de Cheb.

La honte. Du jamais vu. Déclinant une variante du PSE, en Plan Sénégal Enculé, excusez du peu, ils n’ont pas été que des putes racoleuses mais des négriers en déshérence qui n’ont pas craint d’aller se donner, corps et âmes, à Paris, toutes sirènes dehors, entre Pigalle et Matignon.

Quils aient eu ensuite le toupet de flagorner sans même réaliser qu’ils étaient encore nus sans slips ni bikinis, ou mesurer l’opprobre jetée a la face d’une nation réduite en pourvoyeuse de prostitues officielles aux enchères, comme cela ne se fait nulle part ailleurs, c’était le comble.
Aux temps anciens, on y mettait un peu plus la forme car même les négriers locaux attendaient qu’on vienne leur proposer quelque liqueur où pacotilles. Là, en chantant, le gouvernanent du Sénégal, presque au complet, était debout, sagement aligné, devant les esclavagistes, candidats au sexe gratuit, les soupesant avec mépris malgré leurs niais rires et sourires.

A l’arrivée, ils n’ont récolté que trente milliards CFA, jeter au bord du lit. Il ne leur restait plus qu’à rentrer queue basse, ou moins que ça, en étant transformes en reliques d’un film: Prostitution tropicale à Paris. En laissant derrière petits pagnes, encens et perles perdues. Pas étonnant que leur grand patron, les voyant defaits, leur dise d‘aller se rhabiller -en tenues plus décentes! Pas étonnant, non plus, qu’aux dernières nouvelles les prostituees, dûment enregistrées, ont décidé d’observer une grève générale pour protester contre la concurence déloyale venant de leurs collègues gouvernementaux, passagers.

C’eût été moins coûteux de se livrer via les nouvelles technologies de communication, par une conférence-call, pour se vendre sans déranger la terre entière pour un Séminaire de prostitution gouvernementale sur les bords de la Seine où le Sénégal, ridiculisé, ne vaut plus un sou.

Quelle différence avec ce que j’ai vu à Riyadh, cette semaine, où un gouvernement responsable,visionnaire et audacieux, inspiré par la défense de ses intérêts nationaux a pu faire venir sur ses terres les capitaines d’industrie et innovateurs les plus en pointe et riches, à multimilliards de dollars. Ce fut un moment d’échange équilibré, gagnant-gagnant, assis sur une stratégie endogène puissamment reflechie. Dans l’histoire jamais un rendez-vous n’a attiré une telle crème…

Entre le pire et le mieux, voilà la différence entre un gouvernement qui va se prostituer pour des vétilles et un autre qui mène le jeu face à ses partenaires tout puissants soient-Ils. Résultat : L’Arabie Saoudite est sur la bonne voie, le Semgal sur celle du déshonneur, écartelé entre prostitution et esclavagisme consentis…

Ps: Avez-vous, en outre, entendu Mickey dire à ses ministres qu’ils doivent bien s’habiller comme si un séminaire gouvernemental sous les auspices du Protocole d’état ne s’était pas tenu naguere pour fixer les règles vestimentaire et la tenue a table? Bienvenue au Jardin d’enfants Mickey Sall.

Adama Gaye journaliste consultant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

l'attaquant de Bologne, Federico Di Francesco réussit un dribble extraordinaire

Spread the love Vues: 443 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); En s’y rendant, ils n’ont rien oublié. Même l’encens qui fait fureur au Sénégal sous le nom wolof -Boulema Yeureum, un aphrodisiaque signifiant n’aies pas pitié de moi :il débordait de leurs valises! Ils ont aussi amené nuisettes et autres lingeries de luxe, [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :