« Saliou Ciss, défenseur des « Lions » : « La concurrence nous permet d’élever notre niveau de jeu »

admin
Spread the love

De retour dans le groupe de Valenciennes, l’arrière gauche se dit prêt pour le mondial. Dans cet entretien exclusif qu’il nous a accordé, l’ancien joueur de Diambars de Saly a abordé différentes questions. Son retour à Valenciennes, ses dernières sorties « manquées » avec les « Lions », la concurrence au poste d’arrière gauche ou également le mondial 2018, l’international sénégalais se livre.

Saliou, comment vous vous sentez après votre blessure ?

« Je suis heureux de revenir en compétition. Ça fait maintenant deux mois que je suis de retour dans le groupe. Je me sens très bien, Dieu merci. C’est bien de retrouver ses activités, car c’est important pour un joueur de football. Je suis content d’être de retour et tout se passe très bien pour moment ».

Qu’est ce qui a motivé votre choix de revenir à Valenciennes ?

« Je n’avais pas de temps de jeu à Angers. C’est la cause de mon retour sur Valenciennes. Je ne suis resté que six mois là-bas. Maintenant, je suis revenu dans un club que je connais très bien. Pratiquement, rien n’a changé pour moi. J’ai trouvé un groupe sérieux et travailleur, comme je l’avais laissé après mon transfert. Je me suis bien adapté et tout se passe très bien ».

Vous comptez rester ou retourner à la fin du championnat ?

« C’est bientôt la fin de la saison. Mais pour le moment, je ne peux pas me prononcer sur l’avenir. Je ne sais pas pour le moment si je vais retourner à Angers ou rester à Valenciennes. Actuellement, je me concentre sur mon club pour bien finir le championnat. Après la fin du championnat, on verra, sachant que je suis toujours sous contrat avec Angers ».

Quel commentaire faite-vous des deux derniers matchs de préparation des Lions ?

« J’ai regardé les deux matchs à la télé. Je n’ai pas eu la chance d’aller voir la rencontre au Havre face à la Bosnie. J’ai vu que le coach a tenté d’expérimenter un autre système de jeu. Nous sommes toujours dans la préparation et c’est l’occasion pour le coach de tester des systèmes. Il sait très bien ce qu’il fait. Il faut lui laisser le temps de bien préparer la compétition. Pour le moment, il a besoin de beaucoup de concentration ».

Comment vivez-vous la concurrence au sein en équipe nationale ?

Pour moi, la concurrence est une bonne chose dans un groupe. Ça va nous permettre de beaucoup travailler, mais aussi élever notre niveau de jeu. Maintenant, les choix appartiennent au coach et à son staff. Notre devoir à nous en tant que joueur, c’est de travailler dans notre club pour être prêt. C’est une concurrence saine, comme dans toutes les autres positions. L’essentiel, c’est de bien travailler en club pour être performant en équipe nationale ».

Que représente pour vous l’idée de disputer une coupe du monde ?

« Tout footballeur rêve de disputer une coupe du monde. Je pense que ce n’est pas donné à tout le monde de jouer une compétition comme ça. On a eu la chance de se qualifier. Donc, autant tout donner pour y être. Maintenant, il reste encore du chemin à faire pour y être. Et nous allons nous donner les moyens pour faire partie de la liste des joueurs qui seront retenus ».

Que pensez-vous du groupe que dispose le sélectionneur national ?

« Je pense que nous avons un bon groupe qui peut rivaliser avec n’importe quelle équipe dans le monde. Nous avons un groupe de qualité, qui aime vivre ensemble. Je pense pouvoir dire que c’est le groupe le plus exceptionnel que le Sénégal n’a jamais eu depuis que le football existe dans le pays. Toutefois, dans chaque groupe, il y a de la qualité et des manquements. Je pense que nous allons corriger les manquements, avant la compétition pour faire bonne figure ».

Quel regard portez-vous sur les adversaires du Sénégal ?

« Nous avons des adversaires de taille. Par exemple, la Colombie a l’habitude de disputer la coupe du monde. Le Japon et la Pologne comptent aussi dans leurs effectifs de bons joueurs. Pour moi, ce sont des adversaires qu’il ne faudrait pas négliger. Il nous faudra jouer tous les matchs à fond et essayer de se mettre à l’abri en remportant les matchs. Nous croyons en nous aussi, car nous avons un bon groupe ».

Sur quoi le Sénégal doit s’appuyer pour sortir de cette poule H ?

« Je pense que comme toutes les équipes, nos adversaires ont aussi des manquements que nous pouvons exploiter. Le coach va travailler sur les manquements de nos adversaires. Et nous allons le pratiquer sur le terrain pour les battre. Toutes les équipes ont des failles. Nous allons nous battre comme des « Lions » que nous sommes. Le coach et son staff ont les capacités de nous donner les clés de la victoire pour chaque adversaire ».

Quel doit être l’objectif principal des « Lions » en Russie ?

« Pour moi, on n’a pas besoin de nous fixer des objectifs dans cette compétition. Le plus important, c’est de prendre match par match, essayé d’aller le plus loin possible. D’abord, la participation est une bonne chose. Mais il faudra tout faire pour réussir une bonne campagne. On serra très attendu durant cette compétition. Le Sénégal n’est plus à présenter ».

Aliou Cissé disait que le couloir gauche est le maillon faible de l’équipe. Que répondez-vous en tant que arrière gauche?

« Je pense que le coach sait tous ce qu’il dit. Lors de nos deux derniers matchs de qualification, beaucoup de joueurs n’étaient pas à leur meilleure forme. Personnellement, j’étais à Angers et je n’avais pas de compétition. Je ne jouais pratiquement pas. C’était deux matchs compliqués pour moi, surtout avec le rythme. C’est aussi une occasion pour nous d’élever notre niveau de jeu, car le coach veut qu’on soit performant. Il attend beaucoup de nous. Donc, s’il trouve que nous devons progresser, c’est la vérité. Nous avons tous le même objectif, c’est-à-dire défendre dignement les couleurs du Sénégal ».

Quel souvenir gardez-vous du mondial 2002 ?

« Nous gardons de bons souvenirs du mondial 2002 que le Sénégal avait disputé. Je peux dire que c’est cette génération qui nous a donné l’envie de jouer au football. Nous avons tous en mémoire la victoire contre la France. Nous avions jubilé comme des fous. Donc si aujourd’hui on a la chance de pouvoir peut être faire partie de la fête, c’est une bonne chose ».

Quelles relations avez-vous avec les autres joueurs de l’équipe nationale?

« J’entretiens de très bonnes relations avec les autres joueurs du groupe. Nous vivons comme une famille. Il y a une très bonne entente dans le groupe. Il n’y a aucun problème. On travaille tous les jours pour être performant. Nous avons tous le même défis, défendre les couleurs du Sénégal ».

Si vous deviez changer d’air, quel est le championnat qui vous attire le plus?

« Déjà force est de reconnaitre que le championnat de France et un grand championnat, même si je suis en D2. La Ligue 1 est d’un bon niveau. Je suis prêt à évoluer dans n’importe quel autre championnat. Maintenant, comme je l’ai dit tantôt, c’est presque la fin du championnat. Et on verra pour la suite ».

Le peuple sénégalais devrait avoir un rôle majeur à jouer lors de cette coupe du monde?

« Je demande au peuple de continuer à nous pousser. Nous leur demandons de nous faire confiance et d’être derrière leur équipe. Nous avons besoin de leur soutien pour faire une bonne campagne. Nous avons envie de faire plus que nos aînés. Le potentiel est la et nous avons un bon groupe ».

Xalima

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Lutte: Modou Lô aurait reçu une offre de 110 millions Fcfa

Spread the love Vues: 443 (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); De retour dans le groupe de Valenciennes, l’arrière gauche se dit prêt pour le mondial. Dans cet entretien exclusif qu’il nous a accordé, l’ancien joueur de Diambars de Saly a abordé différentes questions. Son retour à Valenciennes, ses dernières sorties « manquées » [...]

Subscribe US Now

%d blogueurs aiment cette page :